La partition intérieure, notes pour Réginald Gaillard

Cher Réginald,

Je termine ma lecture de ta merveille de Partition intérieure. Il faut dire que face à toute la production de cette rentrée devant laquelle je n’avais aucun cœur de me plier – ce que je n’ai d’ailleurs pas fait, ils se vendront tout seuls, qu’ils se débrouillent ! – j’ai repéré ce titre très beau, et qu’il m’importait de le lire plus que les autres (j’ai lâché, pour ce faire, Des âmes simples, de Pierre Adrian, dont la thématique proche n’est pas traitée de la même façon du tout, mais je le reprendrai plus tard). Continuer à lire … « La partition intérieure, notes pour Réginald Gaillard »

Publicités

Ashram

Août 2017.

Le plateau était posé sur la table, figé dans l’instant, les plats fumaient, son propriétaire semblait disparu inexplicablement, nous laissant pour compte sous le barnum du réfectoire de l’ashram. Cette table était favorablement disposée, face au temple d’Hanuman, magnifique petite baraque en bois ornée de guirlandes colorées, au centre de laquelle se tenait un singe en bronze venant d’être arrosé de lait. Autour d’elle un vaste parc où les lapins se sentaient libres de se montrer en pleine journée, au pied de plusieurs grands arbres entourés de fleurs et de barrières légères en bois. Assise avec le plus gros du groupe dans le dos, convoquée par la brise d’après la pluie chargée des aromates qui poussaient tout le long des allées, j’aimais y prendre place et attendre que s’assoie qui veuille déjeuner en ma compagnie. Continuer à lire … « Ashram »

Projections

Texte écrit en avril 2011. Illustration : Shadow sculpture, Tim Noble & Sue Webster.


 

Une âme habituée est une âme morte.

Charles Péguy.

 

Il m’ouvre la porte avec un sourire légèrement tendu vers une autre, je vois simplement qu’il est hanté. Je n’avais aucun moyen de le savoir. Continuer à lire … « Projections »

T’en fais pas, mon ptit loup

(Illustration Cui Fei) – Chronique écrite en février 2011.

 

« T’as qu’à lire Kirikou. »

Qu’il me balance.

Je lui demande « ah bon, et pourquoi ? »

« Et bien tu saurais que la sorcière a une épine dans le dos, et que c’est peut-être comme moi, peut-être que moi aussi je souffre. » Continuer à lire … « T’en fais pas, mon ptit loup »

Pourquoi faut-il lire les Lettres du Nord ? Adieu à Boyer

Cela fit comme un cri d’oiseau étrange sur le lac désert. Savoir si l’oiseau était grand ou petit, cela ne s’entendit pas.
Tarjei Vesaas, Les Oiseaux.

Régis Boyer est mort le 16 juin dernier, à 84 ans, et j’ai tardé à m’en émouvoir, prise dans la course folle de ma propre existence. Pourtant je lui devais beaucoup et il me manquera de ne plus me faire engueuler dans chacun de ses livres, perpétuellement excédé qu’il était, comme un homme trop sage qui n’a pas tenu le coup face aux assauts répétés de la médiocrité des clichés. Continuer à lire … « Pourquoi faut-il lire les Lettres du Nord ? Adieu à Boyer »

Spinalonga – Hanging Rock

Chronique écrite en 2009.

En vacances en Crète en 2004, je visitai l’étrange île forteresse fantôme de Spinalonga, dernière léproserie d’Europe, pensant tout au long de cette procession dans les ruines silencieuses et oppressantes au non moins angoissant film de Peter Weir, Pique-Nique à Hanging Rock, découvert lors d’une édition du Festival du Film International de La Rochelle, dont la programmation, envoûtante et souvent ténébreuse, n’en finit jamais de me ravir. Continuer à lire … « Spinalonga – Hanging Rock »